Raymond HAINS (1926-2005)

Lot 68
10 000 - 15 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 145 600 €

Raymond HAINS (1926-2005)


SEITA, 1964
Pochette d’allumettes géante en bois peint, signée et titrée au dos.
98 × 85 × 8 cm
Certificat de l’artiste avec la mention Galerie del Leone, Venise, 1964.
Provenance :
• Galerie Del Leone, Venise.
• Galerie Mathias Fels, Paris.
• Galerie Thierry Salvador, Paris.
Exposition :
• Saffa e Seita, Galerie del Leone, Venise, 1964.
Bibliographie :
• Iris Time, Iris Clert, éditions Denoël, Paris, 1978,
un exemplaire similaire reproduit en 4ème de couverture.
• Les Nouveaux Réalistes, Catherine Francblin, éditions du Regard, Paris, 1997,
un exemplaire similaire dans un autre format reproduit page 150.
• Les années Pop, centre Pompidou, Paris, 2001, un exemplaire similaire dans
un autre format exposé et reproduit dans le catalogue de l’exposition sous le
n°67.71.
• J’ai la mémoire qui flanche-Raymond Hains, Centre Pompidou, Paris, 2001, un
exemplaire similaire reproduit dans le catalogue de l’exposition page 131.
• L’art des années 60-Chroniques d’une scène parisienne, Anne Tronche,
éditions Hazan, Paris, 2012, un exemplaire similaire reproduit en couverture.
Raymond Hains cherchera toujours à ne pas tomber dans le piège de la répétition,
renouvelant son corpus d’oeuvres, ne se laissant pas réduire à l’affichiste. Il ira
jusqu’à dédoubler sa personnalité en créant deux artistes fictifs, SEITA & SAFFA
(acronymes des sociétés nationales Italiennes et Françaises des Tabacs et
allumettes), pendant sa période italienne, qui débute en 1964.
Il inaugure le cycle des artistes SEITA & SAFFA en présentant à la Galleria del
Leone à Venise une boîte d’allumettes géantes illustrée de la fable de La Fontaine
« l’âne vêtu de la peau du Lion ». « J’avais donc imaginé deux artistes qui auraient
eu chacun un monopole sur les boîtes d’allumettes. C’étaient des gadgets pour
essayer d’illustrer ce que je pensais du Nouveau Réalisme, qui aurait pu s’appeler
les Abstractions personnifiées »6. Il présente l’année suivante une exposition
« Seita et Saffa : copyright by Raymond Hains » à la galerie Iris Clert à Paris. Il y
expose des boîtes d’allumettes géantes signées des deux acronymes, artistes
« fictifs et incendiaires » dont Hains se présent comme l’agent. Iris Clert avait
sollicité la présence de deux pompiers de Paris au vernissage. Pour donner suite
à sa demande, il lui fut demandé si les allumettes pouvaient s’enflammer. Ayant
prouvé qu’une allumette arrachée à une pochette géante et frottée sur le grattoir
émettait bien une flamme, deux pompiers furent effectivement postés dans
l’exposition ce soir-là.
Avec ce cycle, Raymond Hains met le feu symboliquement à tout ce qui pourrait
le réduire à l’affichisme, aux palissades ou au Nouveau Réalisme. Les pochettes
d’allumettes géantes, proches du Pop Art qui avait marqué le Biennale de
Venise en 1964, deviennent un nouvel objet important dans l’imaginaire de
l’artiste, qui sera décliné.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue